Logo Eau au débat

Interview de Patrick Deixonne, Expédition 7e Continent

Interview de Patrick Deixonne, Expédition 7e Continent

Patrick Deixonne est Navigateur Explorateur chef de mission des Expéditions 7e Continent et Membre de la Société des Explorateurs Français œuvrant pour un océan préservé de la pollution plastique. 

Comment est née l’aventure Expédition 7e Continent ?

Patrick Deixonne

Tout a démarré après avoir effectué la traversée de l’Atlantique à la rame en solitaire, j’y avais observé de nombreux déchets en plastique. A mon retour à terre, je me suis informé et renseigné sur la découverte de Charles Moore de ce continent de déchets plastique en plein cœur du Pacifique. Je suis allé le rencontrer et je voulais m’assurer de son existence, constater l’ampleur de la catastrophe. Nous avons donc lancé la première expédition en 2013 avec un budget serré, un petit bateau, aucun partenaire et seulement un scientifique à bord. Une fois sur les lieux, j’ai ressenti comme un électrochoc. Imaginez des tonnes de morceaux de plastique flottant au beau milieu de l’océan, rassemblés en une immense plaque de déchets par les courants : une effrayante soupe de plastique. De retour en France, j’ai pu constater que l’effroyable vérité était inconnue du grand public : nous devions réveiller les consciences. Il y avait donc un gros travail de sensibilisation à faire auprès de l’opinion publique, mais aussi des scientifiques et des politiques.

Expédition 7e Continent a repris la mer le 15 mai dernier, direction la Mer des Sargasses en Atlantique Nord. Quels sont les enjeux de cette nouvelle expédition ? 

Le premier enjeu est scientifique : avec cette nouvelle expédition, les plus grands organismes de recherche français mobilisent leurs moyens techniques et humains. Les algues sargasses se servent-elles des déchets pour proliférer ? Y-a-t-il un lien entre la « gélification » des océans (la prolifération des méduses) et la pollution massive par le plastique des océans ? De quoi se compose la « plastisfère », cette vie qui se développe au milieu des polluants organiques persistants comme les virus, bactéries, agents pathogènes…, y prolifère et se déplace dans les déchets plastique ?… Ce sont autant de questions sur lesquelles ils se pencheront pendant et après l’expédition.

Le deuxième enjeu est bien sûr pédagogique : pour symboliser la dispersion des déchets depuis le continent et frapper les consciences, nous organisons des étapes de mobilisation publique de nettoyage et de collecte des déchets à terre. Dans ce but, l’expédition fera notamment étape le long de l’arc antillais francophone et une équipe fera de même le long de la Seine pour des opérations de sensibilisation avec le public et les scolaires. Par ailleurs, les actions de l’expédition seront, nous l’espérons, largement médiatisées afin de toucher le plus grand nombre.

Le dernier enjeu est l’action : il est urgent d’agir sur la question de la gestion des déchets et sur les solutions alternatives au plastique pour supprimer la dispersion à la source.

(...) 

Lire la suite

Source

eMag SUEZ ENvt

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.